La censure

La version japonaise du premier animé contient une censure principale : le mot Pokopen. Péjoratif, il fut utilisé lors de la guerre sino-japonaise par les Japonais pour parler de leur adversaire. Keroro et les autres grenouilles l’emploient pour désigner les humains dans le manga, faisant donc référence à ce conflit. Bien que le terme ne soit plus utilisé de nos jours, les autorités ont décidés de le remplacer par un autre mot semblable mais qui évitera tout problème pour la diffusion de la série : Pekopon.

Une autre censure importante touche cette version animé mais relèvera plus d’une adaptation grand public : la modération des scènes et plans légèrement érotiques ou « fan service » et également des passages un peu violents. Le studio aura le parti pris d’édulcorer ces scènes pour réduire la présence de moment où l’on voit, par exemple, des filles dénudées ou encore des grenouilles mise à mal (comme frappées par Natsumi), pour ainsi proposer une série plus familiale.

Cependant ces modifications ne seront pas suffisantes pour le marché étranger et plusieurs séquences seront changées voir supprimées suivant les pays. On notera notamment dans la version française (Keroro, Mission Titar) la disparition de sous-vêtements de certains plans.

Ce côté plus grand public abordé dans l’animé aura des conséquences dans le manga : la forte présence de nudité dans les premiers volumes finira par s’atténuer.

_03__070âvâèâeâBâqâìâCâôâYò-_089236731censure

On peut remarquer que dans la réédition (image du milieu) la page est coupée plus haut qu’à l’origine (celle de gauche). Ce n’est pas assez pour cacher la poitrine, mais il est amusant de constater que pour l’édition française (sortie chez Kana) on aura l’équivalent de ces deux images si le volume fait parti des premières impressions, alors que s’il date d’une réimpression plus récente cette page sera coupée plus haute pour ne plus distinguer les parties intimes (image de droite).

Ce n’est pas le seul passage du genre et la censure se montrera de diverses manières : allongement des jupes, buée, ajout de vêtements.. Les images suivantes sont celles que j’ai remarqué, elles n’ont pas toutes leurs comparatifs et la version française est identique à l’américaine et aux censures japonaises.

_03__14728626aac33b98460f4_04__0944_01__1671_01__100_02__102_04__139_04__141_04__142âPâìâìżæa5ÉlÅOÅWîïò-_062ânâCâpü[â}âjâAâbâNâXò-_012_04__024_04__025_04__0135_04__130_03__1136

Les plus attentifs auront surement remarqué le faux raccord du dernier exemple, on voit bien dans l’œil de la case du bas que Momoka porte un soutien-gorge alors que ce n’est pas le cas. Ce type d’erreur apparaît à plusieurs reprises dans des scans américains trouvés sur internet, notamment sur la page où Mois cours après Keroro. Ce qui me fait alors poser une question : et si ces scènes de dénudées seraient en fait juste l’œuvre de scantrad et non pas de censure de l’éditeur ? Le travail de modification est impeccable, Mine Yoshizaki a déjà dessiné par le passé des scènes de ce type (hors Keroro) et ce genre d’erreur peut arriver, alors même si je ne possède pas l’édition originale sous forme physique, je suppose malgré tout à une erreur de l’éditeur.